accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens
 
 

 



 

 






Flowers for Africa démontre l’intérêt marqué de Kapwani Kiwanga pour l’histoire, notamment celle de la colonisation et de sa transmission en tant que mémoire collective. Que conserve-t-on ? Comment sont-elles diffusées ? Quels récits historiques en découlent ?
Pour cet ensemble d’œuvres, l’artiste a mis en place un protocole. Il s’agit de rechercher un détail, toujours le même, dans les archives iconographiques de la décolonisation de pays africains : les bouquets de fleurs utilisés lors des événements liés la passation de pouvoir et à la création d’un nouvel État souverain. Une fois le détail isolé, il devient le référent pour reproduire le bouquet d’origine. Les compositions et les variétés des fleurs étant mal définies sur les images sources, chaque réactivation fait appel à l’interprétation du commissaire et/ou du fleuriste. L’archive iconographique n’est jamais exposée, seul le bouquet est présenté et devient ainsi le nouveau document, basé sur la lecture subjective d’un infime détail du processus historique. Rapidement les fleurs coupées se fanent, témoignant une fragilité multiple : celle de l’archive et de sa compréhension, celle du symbole, celle de sa divulgation, celle de la mémoire et de l’histoire, celle de la stabilité même d’un État.

notice : FRAC PC/HD

 

 

 

 

"Chez Kapwani Kiwanga, la recherche anthropologique, la littérature et les archives sont au cœur d’une œuvre nourrie d’afrofuturisme, des luttes anticoloniales et de leur mémoire, de systèmes de croyances, de culture vernaculaire et populaire, ainsi que des différentes façons d’envisager les aspects invisibles et intangibles du magique et du surnaturel. Dans ses films, installations et performances, qui tous explorent la notion de croyance et de sa relation au "savoir", Kapwani Kiwanga fait appel aux modes de représentation documentaires, à diverses sources matérielles et à des témoignages tant subjectifs que quasi scientifiques." (source : Galerie Nationale du Jeu de paume). On peut voir dans ce goût pour la recherche documentaire, une mise à profit par l'artiste de sa formation universitaire en Anthropologie et Religions comparées qu'elle réemploie, avec une grande liberté, au service de sa pratique artistique.
Subduction study #1 provient d'un ensemble d'œuvres produites à l'occasion de l'exposition Continental shift imaginée en référence à l'hypothétique Afrotunnel, un projet de passage souterrain reliant l'Europe au continent africain par le détroit de Gibraltar. Kapwani Kiwanga place en regard de ce pharaonique projet d'ingénierie, le phénomène géologique de la tectonique des plaques qui produira vraisemblablement, et à très long terme, la disparition de la Méditerranée suite au déplacement septentrional de la plaque africaine. C'est ce glissement des plaques que suggère le montage des deux photographies. Chacune représente un morceau de roche provenant de part et d'autre du détroit de Gibraltar, l'une glissant sous l'autre.

notice : FRAC PC/HD

 

Historique
Restauration

 


Kapwani Kiwanga

Née en 1978 à Hamilton (Ontarion, Canada). Vit à Paris.

 

 


Kapwani Kiwanga

 

Flowers for Africa : Ghana

2014

Protocole écrit et signé par l'artiste, documents iconographiques
Dimensions variables
Pièce unique

acquisition 2015 | à la galerie Jérôme Poggi, Paris

n° inv. 015.50.1

Collection FRAC Poitou-Charentes
photo: Aurélien Mole, ©Kapwani Kiwanga & Galerie Jérôme Poggi, Paris, ©Paris, ADAGP

 

 

 

 

 

Kapwani Kiwanga

 

Subduction study # 1

2015

Pliage, impression pigmentaire
63 x 83 cm
édition de 5 + 1 EA

acquisition 2015 | à la galerie Jérôme Poggi, Paris

n° inv. 015.51.1


Collection FRAC Poitou-Charentes
photo : Nicolas Brasseur, ©Kapwani Kiwanga & Galerie Jérôme Poggi, Paris, ©Paris, ADAGP

 

 

 

 
Haut de page |
Accueil