accueil FRAC Poitou-Charentes

 

 

 

 

 

 

63 Bd Besson Bey | 16000 Angoulême
présentation programmation collection médiation documentation liens
 
 

 

Hors les murs
Expositions

 




Pons (17) , Lycée Emile Combes

7 novembre - 19 décembre 2018
Eldorado
Chto Delat ? | Sépànd Danesh | Bouchra Khalili | Lahouari Mohammed Bakir
(visuel) | Sarkis

Tout au long de l’année scolaire, et à l’initiative de professeurs de sections générale et professionnelle, le lycée Émile Combes à Pons développe le projet « être acteur de sa culture ». Afin de le réaliser, l’établissement a sollicité le Fonds Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes (partenaire de longue date du lycée) qui l’accompagne au travers de trois types d’actions : un atelier de pratique artistique avec un artiste invité, une exposition d’œuvres de sa collection et plusieurs séances de rencontres autour d’œuvres.

Les professeurs ont favorisé un thème, celui de l’altérité et à partir duquel le FRAC Poitou-Charentes a formulé ses propositions.
« Le thème de l’altérité permet d’interroger des notions connexes : le sujet (le moi, l’ego), l’identité (la mienne, celle d’autrui). Le jeu de va-et-vient constant entre autrui et moi-même en tant que sujet questionne l’identité de chacun : qui suis-je en moi-même, indépendamment de l’autre ? Suis-je, indépendamment d’autrui ou celui-ci est-il constitutif de mon identité ? Que devient alors mon identité, si se loge en elle autrui ? Etre moi, est-ce être un autre ? Est-ce plus modestement être autre que moi ? Etre sujet (un soi constitué), c’est être soi dans une constance, c’est être identique à soi et pourtant demeurer soi absolument est impossible. Etre soi c’est se conserver mais aussi changer : c’est être le même que soi et l’autre que soi.
La performance artistique semble propice au questionnement de ce jeu entre altérité et identité. Elle mobilise autrui puisqu’elle interagit avec le public ou, au minimum, dérange la passivité habituelle du spectateur. Les regards des artistes (les performers) et des spectateurs pourraient se questionner (involontairement et spontanément), se répondre, se définir et se redéfinir. Le regard, le corps sont les véhicules privilégiés de l’expression de soi, de la reconnaissance (ou de la méconnaissance) d’autrui : je vois le corps de l’autre et le reconnais (ou pas) dans son altérité et dans une identité commune ; je saisis le regard d’autrui et s’y révèle sa différence et sa communauté avec moi. Ici encore, chacun définit et redéfinit ce rapport. » Isabelle Causin

Le thème de l’altérité s’envisage plus que jamais à l’échelle de nos sociétés et des questions d’actualités. Les approches pouvaient être nombreuses afin de construire cette exposition (philosophique, culturelle, politique, religieuse, sexuelle…). L’une d’entre elles a cependant été privilégiée.

Bien qu’ils définissent l’histoire de la construction des peuples, les phénomènes migratoires sont encore générateurs d’incompréhension, de craintes et de frictions dans nos sociétés contemporaines. Parler des parcours, des cultures et des histoires de chacun permet, peut-être, de développer la compréhension et l’empathie nécessaires à des cohabitations harmonieuses. Cette sélection d’œuvres permet, au travers de sensibilités et de pratiques diverses, d’en parler.

______________________________

 

 

 

Exposition |Tours (37), Musée des beaux-arts

23 juin - 31 décembre 2018
Expérience #12 - Héritage
Philippe Amiel | Emily Bates | Khaled Benfredj | Marie Bourget Éric Dessert | Sarah Jones | Bouchra Khalili | Olivier Lemesle Tania Mouraud | Éric Poitevin | Daniel Schlier

Héritage est la 12e édition du projet « Expérience », créé en 2006 par l’Université de Tours et le Musée des Beaux-Arts, et mené en partenariat avec le Fonds régional d’art contemporain Poitou-Charentes depuis 2011. Ce programme permet à des étudiants de deuxième année d’Histoire de l’Art d’organiser une exposition d’art contemporain, dans le cadre de l’option universitaire « Pratique(s) de l’exposition ». Le groupe est ainsi confronté directement et collectivement aux missions du commissariat d’exposition, depuis la sélection des oeuvres jusqu’à leur accrochage, en passant par la réalisation des supports de communication et la médiation. Tout au long du projet, les étudiants sont accompagnés par les professionnels des différentes institutions impliquées.
L’exposition s’articule cette année autour du thème de l’héritage, qui a guidé le choix des oeuvres issues des collections du FRAC Poitou-Charentes et leur mise en relation avec celles du musée des Beaux-Arts. Il s’agit ici d’aborder l’appropriation d’une culture du passé par les artistes d’aujourd’hui, au travers des thèmes, des pratiques et des conceptions du monde, transmises par les oeuvres d’art. Les étudiants ont tissé des parallèles entre des sujets, des solutions plastiques ou des recherches communes, afin de mettre en valeur ce que certains artistes contemporains ont fait d’un héritage constitué par leurs prédécesseurs, consciemment ou non, puisque les liens établis entre les oeuvres sont totalement extérieurs aux processus créatifs initiaux.
Très diverse, la sélection permet d’envisager la notion d’héritage sous plusieurs angles. Les genres et les thèmes du paysage, du portrait, des ruines antiques, ou encore le travail du vitrail, sont abordés au travers des photographies de Tania Mouraud, Sarah Jones et Eric Poitevin, de la sculpture de Philippe Amiel, ou de la peinture sous verre de Daniel Schlier. Au total, ce sont dix artistes qui sont représentés ici par des oeuvres exposées en contrepoint à celles du musée.
À rebours de la notion de « table rase » trop souvent revendiquée par l’art moderne et contemporain, Héritage propose ainsi une réflexion sur la permanence et l’évolution des codes de représentation à travers les époques. À partir de cette proposition, chaque visiteur pourra considérer les oeuvres exposées à la lumière de sa propre culture visuelle, des images et souvenirs artistiques qui constituent un « héritage » personnel, immatériel mais néanmoins précieux.

>> dossier de presse

______________________________

 

 

 

 

Exposition |Poitiers (86), Musée Sainte-Croix

13 juin - 25 novembre 2018
Agrégation #3 - R(é)volutions
Claire Aumaître | Frédéric Fourcaud | Jacob Kassay | Natacha Lesueur | Mitja Tusek | Julia Wachtel (visuel)

Agregation Révolution


Cette exposition, associant des oeuvres du Musée Sainte-Croix à celles de la collection du FRAC Poitou-Charentes, est la troisième édition d'un projet mené par les étudiant.es en Histoire de l'art et Archéologie - Université de Poitiers qui travaillent depuis des mois à la sélection des oeuvres et à leur mise en espace dans le musée.
Les étudiant.es-apprenti.es commissaires ont été accompagné.es tout au long de leurs recherches par les équipes de l'Université, du FRAC et du Musée. Leur propos s'organise cette année autour des notions d'évolution et de révolution.

______________________________

 

 

 

Jardin Vert, Angoulême (16)
Dector & Dupuy, L’Oreiller de Saint Cybard
sculpture pérenne en marbre


Dector & Dupuy

 

En 2011, dans le cadre de son exposition Renouveau Réalisme, le FRAC Poitou-Charentes a programmé une visite-performance que Dector & Dupuy ont spécifiquement créée pour Angoulême. Lors de leur repérage dans la ville, ils ont découvert un oreiller dans un abri sous les remparts, à l’endroit de l’ermitage attesté du Saint. Le nom de cette visite-performance était trouvé : L’oreiller de Saint Cybard. Ils nourrissent depuis le projet de pérenniser in situ cette émouvante découverte et de la partager durablement par une réplique en marbre blanc de la relique.
"C’était en juin 2011.
Nous remontions le chemin du Jardin vert. Il y a sur le côté un abri sec et tranquille, une sorte de dolmen à demi-enfoncé dans la pente. Au fond de cet abri, comme une apparition, un oreiller. Nous sommes tombés en arrêt devant cette blancheur de marbre, cette présence incongrue. Très vite, à cause de la proximité de la grotte, il est devenu l’Oreiller de Saint Cybard. L’ermite venait ici pour s’allonger - non pas pour faire un somme mais pour méditer sur son renoncement aux valeurs matérielles... Il fallait partager et pérenniser cette émotion première. L’oreiller devait devenir sculpture."

Le FRAC Poitou-Charentes et les artistes remercient les partenaires du projet : Suez et la Ville d’Angoulême ainsi que, pour son aide, l’Union Patronale de la Charente.

 

Hors les murs
Résidences | Ateliers de pratique artistique

 

Atelier de pratique artistique | Angoulême

« Comme une couche de champignons au pied du rocher »
Ateliers de pratique artistique menés par Régis Feugère dans le cadre de sa résidence
d’artiste dans le quartier de L’Houmeau
automne-hiver 2018-2019 | PEAC de GrandAngoulême

« Je propose aux élèves des établissements concernés par mon intervention de répondre au travail photographique que je serai en train de réaliser sur le quartier de L’Houmeau.
Si mon approche se caractérisera par des paysages urbains et des portraits, les jeunes participants réaliseront des compositions végétales et minérales à partir d’éléments collectés sur le territoire de L’Houmeau.
Souvent la forme d’un atelier photographique en milieu scolaire est contrainte par les possibilités de sortie sur le terrain. Je propose donc d’amener le terrain en classe sous formes d’objets récoltés. Un espace de prise de vue sera créé, dans lequel seront réalisées les images.
A mi-chemin entre la nature-morte et l’Ikébana (l’art de la composition florale au Japon) ces compositions dresseront un portrait détourné du quartier par les élèves. »

L’Houmeau : du port médiéval d’Angoulême à la gare du XXIe siècle, un quartier urbain en mutation.
Le Service Patrimoine et Architecture du GrandAngoulême propose aux classes une approche historique et géographique du quartier de L’Houmeau-gare, afin d’identifier les traces et vestiges du passé et de comprendre les transformations à venir.
Nature morte, Ikébana ou l’art de la composition : découverte des ressources de L’Alpha.
L’Alpha médiathèque de GrandAngoulême, propose aux classes la découverte d’un équipement culturel de ce quartier en rénovation et la mise à disposition de ressources documentaires pour accompagner la résidence.
La création contemporaine dans le quartier de L’Houmeau :
Le FRAC Poitou-Charentes propose aux classes une découverte du lieu d’exposition, équipement culturel structurant du quartier et la visite accompagnée d’une exposition d’art contemporain avec un.e médiateur.trice.

______________________________

 

 

 

Résidence de création | Angoulême


2018 - 2019
Régis Feugère

quartier de L’Houmeau à Angoulême
un projet en partenariat avec L’Alpha et GrandAngoulême

Le quartier de L’Houmeau à Angoulême fut créé pour des raisons commerciales liées à un fleuve, La Charente. Il apporta à sa ville, Angoulême, les attributs de la prospérité et de l’épanouissement économique du XIIe siècle jusqu’à l’essor du chemin de fer. Ce dernier supplanta le commerce fluvial et entraina un lent et progressif déclin du faubourg.

La cause de son déclin commercial semble lui offrir une seconde vie en ce début de siècle avec l’installation de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Paris aussi c’est un quartier en bouleversement avec sa population qui est au centre de son projet.

La proposition de Régis Feugère vise à photographier les paysages urbains en cours de modification et les associer à des portraits des personnes travaillant dans le quartier. Il ne faut pas voir dans son travail « un suivi de chantier » mais plutôt un regard sur un environnement urbain qui va disparaitre pour laisser place à un espace remodelé. Un remodelage concernant aussi une population qui se devrait de figurer dans son projet.

Cette résidence donnera lieu à une restitution sousla forme d'un parcours d'expositions à L'Alpha, au FRAC Poitou-Charentes et dans le quartier de L'Houmeau.

______________________________

 

 
Haut de page |
Accueil